Sarah Bernhardt

Femme de théâtre (1844-1923)

Peu de stars ont suscité autant d'engouement et de controverses que cette actrice française qui domina le théâtre français pendant plus de 40 ans. Malgré une éducation très relâchée dans un milieu de courtisanes à la mode du Second Empire, malgré des liaisons amoureuses souvent scandaleuses, Sarah suscita, autant que les stars de cinéma d'aujourd'hui, admiration et adulation de la bonne société comme de la foule.

Quittant la Comédie française, elle fonda sa propre troupe, se fit directrice d'une salle avec toutes les fonctions que cela impose, organisa des tournées de plusieurs mois en Europe et en Amérique et continua de jouer malgré l'amputation d'une jambe. La veille de sa mort, elle comptait encore remonter sur les planches. Sur scène, elle prônait un jeu fait de vérité et de naturel.

Elle fit plusieurs fois la tête d'affiche à Montreux, en 1897 elle accepta un dîner en son honneur à l'Hôtel du Cygne et en septembre 1898, quelques jours après la mort de Sissi, alors en séjour à Montreux-Caux, la scène du Casino-Kursaal l'accueillit dans le rôle de la Dame aux camélias.

«Ajoutons que Sarah a fait en landau le trajet de Vevey à Montreux et qu'elle a gravi - en funiculaire - les Rochers-de-Naye, dont elle paraît avoir gardé un bon souvenir puisqu'elle a inscrit sur le livre des voyageurs de l'hôtel cette «pensée» mémorable: «Après le beau spectacle des montagnes on croit que rien ne semblera plus parfait, mais l'amabilité des hôtes suisses double le charme de l'excursion.» [in «Feuille d'Avis de Montreux»]