Anna de Noailles

Poétesse française (1876-1933)

La princesse roumaine Brancovan passe son enfance en Savoie, sur les bords du Léman. A 20 ans, elle épouse le Comte Matthieu de Noailles.

Son premier recueil de poèmes «Le cœur innombrable» publié en 1901 témoigne déjà de la sensibilité, de la mélancolie et du goût de la volupté qu'exprimeront encore davantage tous ses écrits futurs. Mais en même temps se manifeste une hantise croissante de la mort.

De sa propriété d'Amphion, la plus entourée des poétesses françaises se rend souvent à Montreux. En 1907, elle passe la fin de l'été à la clinique Val Mont à Glion. Dans la correspondance amoureuse qu'elle échange alors avec Maurice Barrès, plusieurs lettres sont datées de ses séjours à la clinique.

La ville de Vevey a élevé à Anna de Noailles un buste en bronze à l'ouest du Jardin Roussy.

«(...) la mesquine monotonie de ce séjour, les vertus suisses, toute cette médiocrité qui m'étouffe; j'aspire à tournoyer avec les albatros».

«(...) les plus beaux couchers de soleil du monde; je les vois de mon balcon et de ma véranda vitrée suspendue sur le lac. C'est chaque soir l'incendie, le sublime, la gloire, les fastes de quelque souverain du Suprême Orient » [in «Lettres à Maurice Barrès»]